Site icon Yatedo, les Actualités & les News

Un trésor en pièces d’or découvert dans un manoir Breton

Plusieurs centaines de pièces d’or datant du XVIIe siècle étaient cachées dans le mur d’une maison située à Plozévet, rapporte « Le Télégramme ».

Réaliser des travaux dans sa résidence est souvent synonyme de grosses factures pour les propriétaires. Un couple breton a, au contraire, réussi à faire rimer bricolage avec jackpot. Et pour cause, en retapant leur maison sise à Plozévet, une petite commune d’à peine 3 000 habitants près de Quimper (Finistère), les deux tourtereaux sont tombés sur un véritable trésor, comme le relatent nos confrères du Télégramme, mercredi 1er septembre 2021.

Trois ouvriers, mandatés pour joindre deux bâtiments – une crèche et une grange -, ont ainsi découvert une boîte truffée de pièces d’or en éventrant un mur. Les hommes, décidément bien en veine, ont mis la main quelques jours plus tard sur une bourse elle aussi bien remplie cachée au-dessus d’une poutre. Ce sont 239 pièces frappées sous les règnes de Louis XIII et Louis XIV qui ont été dénichées au total, précise le quotidien régional.

Encastré dans le mur

Il décide de réunir les trois bâtiments de la propriété en un seul et confie les travaux à des tailleurs de pierre. Trois artisans découvrent alors, à l’intérieur d’un mur, une boîte en métal remplie de pièces d’or. «La boîte était encastrée dans le mur, coincée entre les pierres», se souvient François Mion, 63 ans, le propriétaire avec son épouse du manoir. Quelques jours plus tard, «ils ont trouvé au-dessus d’une poutre ce qui devait être une bourse avec un deuxième lot de pièces», poursuit-il.

Au total, ce sont 239 pièces d’or, dont des louis d’or et des doubles louis d’or, certaines très rares, qui ont été découverts. Parmi celles-ci, «un double louis d’or à la mèche longue de 1646», une pièce estimée à 15 000 euros. «C’est très rare, il n’y en a quasiment pas sur le marché», note Florian D’Oysonville, commissaire priseur chez Ivoire Angers, à propos de cette pièce illustrant Louis XIV de profil avec une mèche lui tombant jusqu’en bas du cou.

Deux lots de pièces

« La boîte était encastrée dans le mur, coincée entre les pierres », se souvient François Mion, 63 ans, le propriétaire avec son épouse du manoir. Quelques jours plus tard, « ils ont trouvé au-dessus d’une poutre ce qui devait être une bourse avec un deuxième lot de pièces », poursuit-il.

Au total, ce sont 239 pièces d’or, dont des Louis d’or et des doubles Louis d’or qui ont été découverts. Parmi celles-ci, « un double Louis d’or à la mèche longue de 1646 », une pièce estimée à 15 000 euros. « C’est très rare, il n’y en a quasiment pas sur le marché », note Florian D’Oysonville, commissaire-priseur chez Ivoire Angers.

Ce trésor « est considéré comme le fruit d’une épargne sans doute d’un riche commerçant ou d’un exploitant agricole », explique l’expert qui mettra les pièces en vente le 29 septembre.

Moitié-moitié

Ce trésor «est considéré comme le fruit d’une épargne sans doute d’un riche commerçant ou d’un exploitant agricole», explique l’expert qui mettra les pièces en vente le 29 septembre. Le fruit de la vente, estimé entre 250 000 et 300 000 euros, sera partagé en deux, moitié pour les trois artisans qui ont découvert le trésor, moitié pour les propriétaires, selon la loi en vigueur en France jusqu’en juillet 2016.

Depuis, selon une nouvelle loi, le patrimoine archéologique appartient à 100% à l’État. Mais, dans le cas présent, c’est la date d’achat du manoir, en 2012, qui fait foi et non la date de la découverte.

Le couple et les artisans vont se partager le butin

Au total, ce sont 239 pièces d’or, dont des Louis d’or et des doubles Louis d’or, certaines très rares, qui ont été découverts. Parmi celles-ci, « un double Louis d’or à la mèche longue de 1646 », une pièce estimée à 15.000 euros. « C’est très rare, il n’y en a quasiment pas sur le marché », précise Florian D’Oysonville, à propos de cette pièce illustrant Louis XIV de profil avec une mèche lui tombant jusqu’en bas du cou. Ce trésor « est considéré comme le fruit d’une épargne sans doute d’un riche commerçant ou d’un exploitant agricole », explique l’expert qui mettra les pièces en vente le 29 septembre.

Un butin estimé à plus de 250 000 euros

Au total, 239 pièces d’or, dont des Louis d’or et des doubles Louis d’or, certaines très rares, ont été découverts. Parmi celles-ci, « un double Louis d’or à la mèche longue de 1646 », une pièce estimée à 15 000 euros. « C’est très rare, il n’y en a quasiment pas sur le marché », note Florian D’Oysonville, commissaire priseur chez Ivoire Angers, à propos de cette pièce illustrant Louis XIV de profil avec une mèche lui tombant jusqu’en bas du cou.

Ce trésor « est considéré comme le fruit d’une épargne sans doute d’un riche commerçant ou d’un exploitant agricole », explique l’expert qui mettra les pièces en vente le 29 septembre. Le fruit de la vente, estimé entre 250 000 et 300 000 euros, sera partagé en deux, moitié pour les trois artisans qui ont découvert le trésor, moitié pour les propriétaires, selon la loi en vigueur jusqu’en juillet 2016.

Quitter la version mobile