Google Tensor : nouvel outil

Google Tensor : nouvel outil

Google a dévoilé son nouveau smartphone haut de gamme au beau milieu de l’été et sans prévenir. Les Google Pixel 6 et Pixel 6 Pro seront des smartphones très haut de gamme. Fini le compromis au juste prix du Pixel 5, la firme de Mountain View veut mettre le paquet cette année pour prendre une part du marché premium.

Une puce sur mesure par et pour Google

Au centre de ces nouveaux appareils : une puce encore assez mystérieuse et conçue en interne, nommée Google Tensor. Terminés les Snapdragon de Qualcomm, Google va désormais intégrer son propre processeur, comme le fait déjà Apple dans ses iPhone.

Le SoC d’un smartphone définit aujourd’hui son ADN. C’est lui qui sera responsable de ses performances bien sûr, mais aussi de ses capacités en photo, audio, vidéo, de sa connectivité (5G ou non, Wi-Fi 6E ou non, etc.) et de beaucoup d’autres fonctions.

Pouvoir concevoir en interne le SoC d’un appareil mobile n’est donc pas donné à toutes les marques, mais permet de faire du sur mesure et aligner les capacités de la puce sur les besoins très précis de la marque.

Un design surprenant au bloc photo imposant

Les deux smartphones proposent un design affirmé avec la présence d’un bloc qui traverse les appareils sur leurs largeurs et qui intègrent les capteurs photo. On retrouvera deux capteurs grand-angle et ultra grand-angle sur le Pixel 6 et trois capteurs sur le Pixel 6 Pro, qui accueillera en plus un téléobjectif 4x.

Les deux modèles seront disponibles en trois jeux de couleurs différents puisque le haut du téléphone, au-dessus des capteurs photos, et le bas ne seront pas de la même teinte et prolongeront les codes esthétiques introduits cette année dans Android 12 avec le thème « Material You ».

Le dos, lui, est conçu en verre. Le Pixel 6 possédera des tranches en aluminium mat tandis que le modèle Pro proposera de l’aluminium poli pour renforcer son aspect haut de gamme.

Pour les écrans enfin, le Pixel 6 embarquera un écran 6,4 pouces FHD+ à taux de rafraîchissement 90 Hz alors que le Pixel 6 Pro sera équipé d’un écran 6,7 pouces QHD 120 Hz. Les deux modèles intégreront un capteur d’empreintes placé sous l’écran.

Pourquoi le Pixel 6 serait-il une excellente caméra

Et si l’on prend l’ADN de la marque Pixel, il a toujours été question d’être d’excellents appareils photo. C’était même pendant un temps l’une des seules raisons d’acheter un Google Pixel : il prenait de meilleures photos que les autres smartphones malgré des défauts apparents, comme l’utilisation d’un seul capteur.

Avec une puce sur mesure, le cocktail Pixel 6 pourrait être détonnant. Premier exemple concret dans une interview accordée à The Verge, Google affirme que sa puce Tensor pourra appliquer l’algorithme HDRNet sur chaque image d’une vidéo en temps réel jusqu’en 4K à 30 images par seconde.

Autre exemple, la puce Tensor serait capable de réduire le flou dans des photos en prenant plusieurs photos simultanément et allant chercher des données sur les photos de l’appareil ultra grand-angle.

On sait de quoi était capable l’équipe de Google en charge des photos avec un smartphone équipé d’un capteur photo vieillissant et d’un SoC Qualcomm de bonne qualité. On a hâte de voir le résultat avec un hardware haut de gamme et un SoC sur mesure. La firme n’a pas encore donné de détails sur le fonctionnement de sa puce, ni sur le matériel photo que l’on trouvera sur le Pixel 6 ou le Pixel 6 Pro. Quid des capteurs ou de la qualité des objectifs ? Il faudra encore patienter pour le découvrir.

Google semble avoir mis toutes les chances de son côté pour dépasser la concurrence dans ce seul critère.

Un tout nouveau processeur maison pour doper les fonctionnalités liées à l’IA

La vraie nouveauté de ce modèle est la présence d’un processeur Google Tensor, développé en interne par les ingénieurs de l’entreprise depuis maintenant quatre ans.

Cette nouvelle puce, dont le nom du sous-traitant n’est pas mentionné par Google, intègre également une puce de sécurité Titan M2, qui conservera toutes les données biométriques et les informations les plus personnelles dans une enclave inaccessible aux autres applications, sauf autorisation de l’utilisateur.

« Comme pour tout SoC, nous y intégrons beaucoup de technologies, mais celui-ci est notre conception et a été conçu spécifiquement dans le but de faire progresser notre machine learning et notre IA » indique Rick Osterloh, vice-président de Google en charge du hardware.

Maintenant que le constructeur a la main sur son processeur, ce dernier promet que les Pixel 6 devraient sérieusement améliorer le traitement par IA des photos, mais aussi la prise de vidéos et la traduction instantanée d’une langue à une autre.

Jean