239.500 créations nettes d’emplois salariés dans le privé au deuxième trimestre

239.500 créations nettes d’emplois salariés dans le privé au deuxième trimestre

L’emploi salarié dans le secteur privé a poursuivi sa progression en France, hors Mayotte, au cours d’un deuxième trimestre marqué par un confinement généralisé en avril en métropole, suivi d’une levée des restrictions sanitaires à partir du 19 mai.

Selon l’estimation « flash » publiée vendredi par l’Insee, l’emploi salarié privé, qui avait déjà progressé de 0,5% au premier trimestre – avec 91.400 emplois créés – a affiché une hausse de 1,2 % – soit 239.500 créations nettes d’emplois – sur la période avril-juin.

« Au total, l’emploi salarié privé retrouve mi-2021 globalement son niveau d’avant-crise (c’est-à-dire celui de la fin 2019) », note l’Insee.

Sur un an, l’emploi salarié privé affiche une hausse de 3,3% à fin juin, ce qui correspond à 628.700 créations nettes d’emplois.

Avant d’être frappée de plein fouet par la crise sanitaire du COVID-19, l’économie française se trouvait fin 2019 en situation de créations nettes d’emploi dans le secteur privé depuis le quatrième trimestre 2014.

Tous les secteurs sont concernés, sauf l’intérim

Hors intérim, l’emploi salarié privé augmente dans tous les secteurs. Dans l’industrie, il progresse au 2e trimestre de 0,3% après une quasi-stabilité au 1er trimestre. Il avait baissé de 1,9% en 2020 (-57.700 emplois) et reste nettement inférieur de -1,5% à son niveau d’avant-crise (-47.100 emplois).

Dans le tertiaire marchand, hors intérim, l’emploi salarié privé se redresse vigoureusement de +1,7% (+195.900). Ce secteur avait été très marqué par les mesures de restrictions sanitaires, avec notamment une baisse de l’emploi salarié de -2,4 % sur l’ensemble de l’année 2020 (soit -279.300 emplois), relève l’Insee. Mi-2021, l’emploi dans ce secteur demeure inférieur de -0,3% (soit -36.500 emplois) à son niveau de fin 2019.

Dans la construction, l’emploi augmente au 2e trimestre (+0,3%). Ce secteur avait retrouvé son niveau d’avant-crise dès juin 2020 et continue de le dépasser amplement: il est mi-2021 supérieur de 3,9 % à son niveau de fin 2019 (+55.300 emplois). Enfin, l’emploi salarié privé dans le tertiaire non marchand augmente de nouveau (+0,4%, soit +10.900) après +0,9 % au 1er trimestre. Il dépasse de 1,9% son niveau de fin 2019 (soit +47.200).

Redressement dans le tertiaire marchand

Dans le tertiaire marchand, hors intérim, l’emploi salarié privé se redresse vigoureusement de +1,7 % (+195 900). Ce secteur avait été très marqué par les mesures de restrictions sanitaires, avec notamment une baisse de l’emploi salarié de -2,4 % sur l’ensemble de l’année 2020 (soit -279 300 emplois), relève l’Insee. Mi-2021, l’emploi dans ce secteur demeure inférieur de -0,3 % (soit -36 500 emplois) à son niveau de fin 2019.

Dans la construction, l’emploi augmente au 2e trimestre (+0,3 %). Ce secteur avait retrouvé son niveau d’avant-crise dès juin 2020 et continue de le dépasser amplement : il est mi-2021 supérieur de 3,9 % à son niveau de fin 2019 (+55 300 emplois).

Enfin, l’emploi salarié privé dans le tertiaire non marchand augmente de nouveau (+0,4 %, soit +10 900) après +0,9 % au 1er trimestre. Il dépasse de 1,9 % son niveau de fin 2019 (soit +47 200).

Jean